Survivre sur l’île de Koh Lanta !

(Du 16 au 18 Mars)

Après quelques jours sur Koh Phi Phi l’agitée, nous débarquons sur Koh Lanta, bien plus grande et plus calme que sa petite sœur. Koh Lanta a effectivement inspiré le nom de l’émission éponyme de TF1 mais ce n’est pas ici qu’a été tournée la première saison. Les candidats de l’émission ont plutôt échoué sur une petite île juste à côté du nom de Koh Rok.

Calme et repos

Comme il est de coutume dans les bateaux, nous nous faisons aborder par un rabatteur qui nous propose un bungalow dans un resort avec piscine en bord de mer pour 800 bahts que l’on négocie rapidement en 500 bahts. C’est que nous commençons à avoir du bagout pour négocier maintenant… Nous sautons dans son taxi qui nous emmène à son resort et après avoir été comparer avec les trois – quatre complexes alentour, nous décidons de rester.

  • Petit conseil : monter dans le taxi d’un rabatteur ne vous engage en aucune manière à prendre un bungalow chez lui donc n’hésitez pas, acceptez le transport gratuit car l’île est vraiment grande, impossible de la parcourir à pieds, et les hôtels sont alignés tout le long de la côte. Le taxi gratuit vous épargnera au moins les premiers kilomètres pour vous éloigner des alentours où les resorts sont les plus chers.

Nous prenons bien vite nos quartiers avant d’aller profiter de la piscine. C’est alors que, bien que cela fasse six mois que ce n’est pas arrivé, il se met à pleuvoir des cordes. Plutôt que nous attrister, nous accueillons avec beaucoup de plaisir cette fraicheur bienvenue qui abaisse l’espace d’un instant la chaleur ambiante. Célia se met à courir sous la pluie comme si c’était la première qu’elle voyait !

Comme une première pluie :)

Comme une première pluie :)

Full moon … full loose !

Ce soir, c’est grosse soirée dans toute la Thailande : il est de tradition, en particulier sur les îles, de fêter la pleine lune. Alors les bars tentent par tous les moyens d’attirer les touristes en proposant buckets pas chers et soirée endiablée. Nous avions fui Koh Phangan qui accueille LA Full Moon (avec un grand « LA ») mais à Lanta, nous louons un scooter pour parcourir l’île et nous trouver un bar sympa pour trinquer avec tout le monde. Au moment de partir, une coupure d’électricité générale frappe l’île et tout se retrouve plongé dans le noir. Tant bien que mal, nous trouvons quand même un restaurant pour dîner, ambiance romantique avec repas en tête à tête aux chandelles. Mais petite mésaventure pour Célia : la cuisinière, dans l’obscurité forcée de sa cuisine, va confondre des tranches de pommes de terre avec de l’émincé de poulet… Tant mieux pour moi, j’ai pu finir son plat et en plus, nous nous ferons offrir le plat par la serveuse trop gênée. Miam ! J Puis, nous enfourchons le scooter et longeons la plage à la recherche d’un endroit pour fêter la Full Moon. Malheureusement, la plupart des bars ont fermé boutique car sans électricité, pas de musique ni de boisson… Donc notre Full Moon tombe à l’eau, ce n’est vraiment pas de chance ! Finalement, on finira dans le bar du resort à discuter avec d’autres voyageurs. Aaah la Chang Beer, ça passe tout seul !

Une île qui se laisse découvrir

Le lendemain, l’électricité est revenue, génial ! Des locaux nous avaient prévenus que ça pouvait durer plusieurs jours sans électricité… Fini la pluie également, le grand disque jaune est de retour et chauffe sévèrement. Ça fait d’autant plus plaisir d’aller faire quelques longueurs le matin au saut du lit. 6,5 kilomètres en 2h13, ce n’est pas trop mal pour une reprise, je vais m’arrêter là pour éviter le claquage (sic !)…

Direction le sud de l’île : on longe la côté ouest sur plusieurs kilomètres, les plages sont splendides, sable blanc, eau turquoise, on ne s’en lasse pas bien que Lanta soit déjà notre troisième île thaïlandaise.

Le scooter nous donne cette liberté de pouvoir nous arrêter n’importe où pour prendre des photos, d’explorer les petites routes qui sortent des sentiers battus, marcher quelques minutes les pieds dans l’eau avant de reprendre. Pas un coin d’ombre pour se poser sur les plages, nous reprenons la route pour rejoindre une « walking track » qui traverse la forêt jusqu’à une cascade au cœur de l’île. Après 1h de marche le long d’un cours d’eau, nous parvenons jusqu’à la cascade mais elle est asséchée. Nous l’escaladons pour remonter le cours d’eau puis nous retournons jusqu’à notre scooter garé près de l’enclos des éléphants.

Nous continuons notre route jusqu’au parc national situé à la pointe sud de l’île. Malheureusement, l’entrée est payante et comme l’après-midi est déjà bien avancée, nous nous contenterons des photos du phare sur les brochures. Nous remontons toute la côte et rentrons à notre bungalow pour profiter de la connexion internet et skyper les copains : ça fait plaisir de voir les petites têtes de Ced et Anais.

Sur la route du retour au bungalow !

Sur la route du retour au bungalow !

Le soir venu, nous avons rendez-vous avec Jennifer et Samir que nous avons rencontrés sur Koh Phi Phi, pour manger au resto (ouah un rendez-vous avec une heure précise, nous n’avons plus l’habitude des contraintes horaires alors nous arriverons en retard comme d’habitude). Nous passons une super soirée tous les quatres, dans un petit resto les pieds dans le sable. Nous échangeons sur nos vies, nos voyages, nos bons plans, etc. Ils sont allés à Bali l’année dernière alors nous notons leur itinéraire car ils en ont été ravis !

Le Nord de l’île

Nous profitons de notre deuxième journée pour aller explorer la pointe Nord et la côte Est de Lanta. Nous remontons donc jusqu’au port situé à la pointe Nord puis nous nous perdons volontairement dans la mangrove à l’Est, région beaucoup moins habitée que la côté Ouest où s’alignent tous les complexes hôteliers. Nous traversons des forêts, la mangrove, une école de singes et parvenons jusque Lanta Town, le seul coin un peu animé de la côte. Nous admir